Forum d'astuces, de soluces et de tutoriels sur la série Monster Hunter
 
AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise

 :: Le hall de la Guilde :: Le Coin du Wycadémiste :: Un Wycadémiste au Japon Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Masuku
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Chasseur : Masuku
Age : 25
Date d'inscription : 10/06/2015
Messages : 324
Dim 20 Jan - 20:46
Bon bah il faut commencer quelque part hein. Et en commencant ma préparation, j'ai constaté qu'il y a de nombreux sujets qui tout simplement n'auraient pas leur place dans des articles liés à des événements ou des quartiers/villes. Voilà pourquoi j'ai décidé de commencer cette série avec un article dédié à différents aspects et services de la vie quotidienne japonaise qu'il est très difficile de ne pas croiser durant votre voyage.

Le Japon, pays du liquide


Un premier truc vital à savoir au Japon, le liquide est roi. En effet, les Japonais préfèrent toucher des pièces et des billets que passer une carte de crédit dans un lecteur. Et beaucoup de magasins et de restaurants ne prennent tout simplement pas la carte. Il faut donc à tout prix voir avec votre banquier avant le départ vos plafonds de retrait hebdomadaires pour éviter une situation gênante.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise GettyImages-513057725-5a625338b39d030036dd6b4d

Pour donner un exemple de mon vécu, je suis allé manger un soir dans un ramen près de mon Airbnb. Surprise, je n'avais plus une piécette.

"Carte ?
- Nope on prend pas.
- Ah… C'est problématique. Je vais au konbini et je reviens vite, ok ?
- Donnez-nous une pièce d'identité.
- No problem"

J'ai donné ma carte de sécu du coup. Passage au konbini, retour, paiement, récupération de ma carte. Tout est bien qui finit bien. Mais maintenant imaginez arriver devant la borne de retrait et qu'on vous dise que vous avez dépassé votre plafond de la semaine. Voilà.

Konbini, l'art de la super supérette

Vous avez sûrement remarqué ce terme inconnu dans la partie précédente. Alors késaco qu'un konbini ? Un konbini, ou convenience store (magasin pratique en français quoi), est un magasin ouvert 7j/7 24h/24. Difficile d'imaginer ce genre de concept en France mais ces petites supérettes contenant tous les produits de nécessité sont particulièrement nombreuses (je vous dis pas le plaisir d'acheter un parapluie à 3 euros juste au coin de la rue quand dehors y'a un typhon). A titre d'exemple, il y en a deux qui se font face au croisement de mon Airbnb habituel à Tokyo. Et il n'est pas rare d'avoir des mini-konbinis sur les quais des grandes gares pour acheter un petit encas juste à côté de votre futur train, des fois que vous soyez partis un peu vite.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Best-Conbini-Food-7-Eleven-830x450

Outre le fait de faire des emplettes n'importe où et n'importe quand, on trouve quasi toujours des ATM dans les konbinis. Un ATM est simplement un distributeur de monnaie international, vous permettant de retirer facilement quelques centaines d'euros au cours du voyage. C'est vital puisqu'encore une fois, le Japon malgré son avancement technologique fonctionne encore beaucoup au liquide et peu à la carte. Dès que le porte-monnaie commence à s'alléger, direction le konbini !

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise 11796

On continue encore un peu l'éventail de services géniaux ? Eh bien il est fréquemment possible de manger dans un konbini. En effet, les konbinis vendent souvent de la restauration rapide avec des petits stands un peu comme des rôtisseries françaises mais avec des spécialités locales type karaage (du poulet frit). Et si vous achetez un plat déjà préparé à réchauffer, ils ont souvent un micro-onde derrière le comptoir et vous proposeront de vous le chauffer direct pour le manger sur place. Idéal si vous voulez manger pas cher ou que vous avez la flemme de chercher un restaurant lors de votre exploration d'un quartier inconnu. Il est aussi souvent possible de poster du courrier sur place, pratique quand les bureaux de poste locaux ferment à 15h.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Conbini00443.0

Un dernier petit détail que j'aime bien est la présence d'un petit bac inclus dans le comptoir pour vous débarrasser de vos tickets de caisse directement après l'achat. C'est bête mais j'aime pas me coltiner 40 tickets perso. Faites aussi attention à la queue. En effet, pour ne pas gêner la circulation, la queue est souvent située à quelques mètres du comptoir, indiquée par un marquage au sol. J'ai fait la boulette lors de mon premier séjour. Au pire si vous ne savez pas, regardez où attendent les gens.

Tokyo, une autre définition du métro

Le métro de Tokyo, c'est beau, c'est moderne, c'est propre. C'est un peu comme la némésis du métro de Paris. Et contrairement aux idées reçues, c'est pas forcément aussi peuplé qu'on pourrait le penser. Il y a basiquement quelques règles à connaître pour ne pas être écrasé contre les murs. La première est d'éviter les rush hours, où une armée de salary men en chemise blanche vont au boulot ou rentrent chez eux (l'attaque des clones en moins stylé somme toute). Notez aussi que les métros ne circulent pas entre de 1h et 4h du matin, le train de 1h étant donc souvent bondé par tous les fêtards de la soirée. Et la règle la plus importante, attention aux festivaux et autres feux d'artifice. Les gens vont y aller par le métro et ce genre d'événement attire du monde. Trouver une place assise tient du défi technique, circuler à l'arrivée de la performance olympique puisqu'il faudra alors nager dans une foule qui ira dans la même direction que vous (et en général la police et l'armée sont appelée en renfort pour orienter la foule, ça résume bien la fameuse foule).

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Maxresdefault

Ensuite, il est crucial de se faire une carte Pasmo ou Suica. Le métro n'est pas géré par une RATP mais un ensemble de compagnies privées. A chaque correspondance de ligne, il faut un nouveau ticket (et les tarifs peuvent ainsi doucement monter sur les longs trajets). En plus, le prix du ticket varie avec le nombre de stations que vous prenez. C'est très très chiant. Alors en arrivant, au lieu de prendre un ticket, faites-vous une carte de métro. Ca vous coûtera 500y de caution remboursable à votre départ mais vous n'aurez plus qu'à charger la carte et la badger à l'entrée et la sortie du métro. Il est même possible de payer certains services autres avec la carte.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise DSC06659-770x513
Pas besoin d'avoir les deux hein, une seule suffit

Pour s'orienter, armez-vous de Google Map. Les stations sont notées en romaji (nos caractères européens), rendant la circulation assez facile, sans parler des annonces vocales faites en japonais puis en anglais. Au lieu d'aller à Nation, vous irez juste à Shiodome quoi. Et si vous avez fait une bourde, un contrôleur est disponible à chaque portique de station pour vous aider.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Japane10

Il existe une étiquette à respecter dans le métro. Ne vous en faites pas, c'est assez simple. Premièrement, dans la station, marchez à gauche (droite à Osaka parce que Osaka est dissidente) pour ne pas gêner la circulation. Dans les escalators, mettez-vous à gauche si vous ne marchez pas, sinon prenez la voie de droite. Une fois dans le train, faire le moins de bruit possible. Chacun est plongé dans son livre ou son téléphone ou simplement contemple le paysage pour les lignes aériennes. Ensuite, pour monter, les gens se mettent en deux colonnes devant les portes. Quand le train arrive, les deux colonnes se mettent sur les côtés des portes pour laisser les gens sortir. Ca peut paraitre logique mais j'ai déjà dû en France mettre des coups de valise dans une vingtaine de personnes qui restaient devant la porte comme si j'allais gentiment me pousser pour qu'ils montent.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise 539f5fb775e3158b7f6989f18f56e203
C'est beau quand c'est propre et organisé

Attention aussi le matin aux voitures spéciales femmes. Pour la petite histoire, la criminalité est telle au Japon que la grande affaire qui a défrayé le JT local au début des années 2000, c'était le harcèlement sexuel dans les lignes de métro (la classique main baladeuse que vous avez sûrement pu voir dans des mangas/animes comme GTO par exemple). Ca change de l'insécurité en banlieue, c'est sûr. Pour régler ce problème, les Japonais ont mis un système simple : certaines voitures sont réservées exclusivement aux femmes en début de matinée. J'ai fait l'expérience de rentrer dans une de ces voitures par accident en me jetant dans un métro sur le point de partir et je n'ai pas eu de problèmes notables. Evitez cela dit de faire cette erreur, ces voitures sont indiquées par un marquage rose au sol.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise 800px-WomensCar_KeioLine
Y'avait pas le panneau quand je me suis planté ><

Pour le reste des transports, je recommande d'éviter le bus. C'est un tarif unique pour toute la ligne mais souvent les arrêts ne sont affichés quasiment qu'en kanji. Un coup à se planter de station à la descente et à perdre du temps. Et je dis ça en connaissance de cause, ayant pris le bus pour aller au Comiket au cours de mes deux voyages et m'étant planté de correspondance… Deux fois sur deux…

Gamecenter, l'empire des jeux

Je prévoyais d'en parler dans l'article sur Akihabara mais finalement… Bah y'en a un peu partout en fait. Ces établissements sur plusieurs étages en général contiennent moult bornes d'arcades, triées par thème à chaque étage. Prévoyez d'ailleurs une paire de bouchons d'oreille, c'est une véritable cacophonie là-dedans. Ensuite, n'allez pas à Akihabara pour ça. En effet, les gens qui vont à Akihabara y vont entre autres pour jouer aux bornes d'arcades. Conclusion, les game centers d'Akihabara sont souvent ultra remplis et il est parfois difficile de se trouver une place.

Encore une fois de mon vécu, j'ai voulu essayer Fate/Grand Order en borne d'arcade l'été dernier. A Akihabara, un étage entier dans la plupart des game centers avait été réquisitionné pour mettre le jeu qui venait de sortir. Et il fallait s'inscrire sur une liste d'attente dans cet étage pour qu'un réceptionniste vous indique quand une borne se libérait et que vous pouviez jouer. Y'avait plus de 30 bornes et plus de 20 personnes sur la liste d'attente. En comparaison, dans un game center d'Odeiba, j'ai retrouvé 3 bornes du jeu. Avec personne dessus. En clair, si vous avez plus de choix à Akihabara, il y a aussi la population qui va avec.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise 7cebccd87edd4af648b3a42e4ae855a0-1366-80

En général à l'entrée de ces établissements (ou au rez-de-chaussée si il y a plusieurs étages) se trouvent les ufocatchers, en général des machines à pince. Les lots sont particulièrement variés, allant de la peluche de taille variée à la figurine de collection en passant par les barres sucrées ou encore la boîte pour jeu de carte (perso je trouve les peluches plus faciles à tenter). Evidemment, les pinces sont plutôt faibles et il n'est pas facile d'avoir son lot. Armez-vous donc d'un stock de pièces de 100y (il y a des machines à convertir à côté en général) et de patience. L'astuce ? Regardez les autres faire. Certains sont très expérimentés à ces jeux et arrivent à faire tomber le lot plutôt facilement. Ça peut vous donner une idée de la marche à suivre. Une personne surveille aussi l'étage et remet les lots en position initiale après que les gens laissent la borne ou que celui-ci ait été gagné. Et si vous êtes vraiment trop mauvais, regardez parfois les boutiques d'occasion. Certains revendent leur lot. Ainsi après avoir perdu 3000y dans une figurine Gintama, je l'ai trouvé à 1200y dans une boutique à côté.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Gudetama-ufo-catcher-1200x600

Près des ufocatchers se trouvent aussi de purikuras, des photomatons mais avec la touche kawaii bien japonaise. C'est plus pour ces mesdames mais si comme moi vous vous demandiez c'était quoi ces cabines roses avec des rideaux et des jolies filles dessus, ça n'a rien de douteux.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise 1509115609_c16bef3571637f54a2cdddda0fb84945a7a7081d_hq_500x295

Ensuite on trouve les étages à borne d'arcade. Pour citer les plus fréquents, Final Fantasy Dissidia, Mario Kart, Taiko no Tatsujin, Pokémon, etc. Je vous recommande personnellement les étages de jeu de rythme. Voir un japonais faire 15 mouvements / s pendant 2 min est toujours assez impressionnant. Et si vous ne voulez pas prendre de risque avec un jeu simple, Taiko no Tatsujin est trouvable dans absolument toutes les salles. Jeu se jouant avec un taiko (un gros tambour traditionnel) et deux bonnes baguettes en bois, il a des contrôles ultra simples avec basiquement l'intérieur (rouge ingame et qui sert à valider dans les menus) et l'extérieur du tambour (bleu ingame et qui sert à annuler). On y trouve une pléthore de morceaux allant du classique au Vocaloid avec des morceaux d'anime ou de jeux vidéo avec des difficultés variables. De quoi passer un bon moment à jouer le mythique opening d'Evangelion, un peu de Mozart ou même un medley de MH4U. J'ai lu récemment que certaines bornes musicales possèdent une prise jack pour brancher une paire d'écouteurs. Pratique pour mieux apprécier le morceau que vous jouez dans le brouhaha ambiant.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise PSX2017SEA_TaikoNoTatsujinDrumSession_01
Il existe un port PS4 et Switch achetable en Europe mais faut commander les contrôleurs tambour pour les apprécier et ça vaut pas le vrai gros tambour

Après je vous invite à faire vos expériences. Si un jeu vous tente, essayez-le. Ca vous prendra 2-3 parties le temps de bien saisir les contrôles si vous ne savez pas lire pleinement le japonais mais il y a une foultitude de jeux à tester. Les bornes varient beaucoup d'ailleurs. Par exemple, certaines impriment des cartes qui sont lues par la borne (j'ai vu ça avec la borne MH il y a deux ans mais plus récemment aussi la borne Pokémon ou la borne Fate/Grand Order).

D'autres aussi ont un système de compte : le jeu sauvegarde sur une carte votre compte et vos données. C'est le cas de la borne Fate/GO qui m'a obligé du coup à me faire une carte Aimer pour que le jeu sauvegarde ma progression dans son mode histoire. Si vous remarquez un système du genre, demandez au gérant de l'étage. Faites-lui comprendre que vous voulez jouer à la borne et il vous redirigera normalement vers le distributeur de carte local (c'est juste une machine dans le game center finalement qui vous éditera une carte contre un petit montant, ma carte m'ayant coûté 300y perso).

Café à animaux: le yin et le yang

Né basiquement de l'envie d'un contact animal des Tokyoïtes dans une ville où il est très dur d'avoir un logement assez large pour accueillir correctement un animal (ou tout simplement parce que beaucoup de proprios veulent pas d'animaux), les bars à animaux ont évolué du cliché bar à chat pour devenir des lieux aux propositions toutes plus exotiques les unes que les autres. En effet, il est possible à Tokyo de boire un verre entouré de chats mais aussi de chouettes ou encore d'hérissons. Par contre, il faut savoir où aller.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Tr00100420170319153556800

En effet, lors de mes premières recherches pour mon premier voyage, beaucoup de gens disaient qu'ils s'agissaient de lieux malsains où les animaux étaient traités comme de la merde et pas respectés. Bref, un grand nombre d'avis donnaient une image peu flatteuse.

Du coup j'ai fouillé et j'ai fait un café à hibou lors de mon premier voyage qui était plutôt bien référencé, Fukuro no Mise dans le quartier de Tsukiji à Tokyo. Rien à redire, les animaux étaient bien traités, on payait 2000y pour rester une heure au milieu des oiseaux, on pouvait les mettre sur soi, prendre des photos mais pas de vidéos, sous le regard attentif des gérantes de l'endroit. Certains animaux fatigués étaient mis de côté pour qu'on ne les embête pas et quand j'ai pris quelques photos d'un jeune hibou qui s'était assis sur son perchoir, on m'a expliqué que c'était le plus jeune et qu'il voulait visiblement qu'on le laisse tranquille. En gros, les animaux étaient bien traités, on m'a servi une petite limonade, j'ai pu prendre des photos sympas, caresser ces superbes oiseaux et j'ai passé au final une excellente heure. Du coup, je ne voyais pas le problème quant à ces établissements.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise 20525904_10209565927291863_8775022799348449813_n.jpg?_nc_cat=101&_nc_ht=scontent.fcdg2-1
Ptite photo de Fukuro no Mise avant de quitter

Avançons dans le temps, deuxième voyage. Sachant l'ami avec lequel je voyageais dans les animaux et que je voyais qu'il semblait un peu s'ennuyer, j'ai été content de voir un café à hibou dans la halle d'Asakusa où on déambulait. 1000y, pas de limite de temps, trop cool quoi, la bonne affaire. Ou pas lol. On s'est retrouvé dans un étage d'immeuble surbondé (aucun contrôle du nombre de personnes), mal éclairé, à circuler dans des petites allées bordées de cages qui puaient avec toutes sortes d'animaux (chinchilla, loutre, et j'en passe). Ajoutez à cela que les chouettes étaient dans un espace sans surveillance où il ne fallait pas les toucher en prime. La boisson, je l'ai perçue à un distributeur au fond de l'étage, un thé à la pêche où la machine visiblement un peu vieille a réussi à me sortir un thé chaud et froid en même temps (une petite performance mine de rien)… Respect des animaux, nada, confort des lieux, lol, qualité du service, quel service ?

En clair, si vous voulez tenter cette expérience, ne rentrez pas dans n'importe quel établissement et renseignez-vous sur le lieu. Personnellement, je vous recommande sans hésiter Fukuro no Mise mais si vous voulez essayer ce genre d'expérience, visez les bons. Méfiez-vous des offres sexys genre pas cher et pas de limite de temps et faites quelques recherches.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise 20525235_10209565916411591_7117806530541245383_n.jpg?_nc_cat=102&_nc_ht=scontent.fcdg2-1
Ca n'empêche pas de bien s'amuser dans les bons!

Se prélasser dans un onsen ou un sento

Le bain a toujours eu une place importante dans l'histoire japonaise. D'abord rituel de purification shinto, il a peu à peu évolué pour devenir un lieu de rencontre où l'on converse nu comme un ver. Le concept a encore un peu mûri et on arrive aujourd'hui aux sentos, des bains publics. Il faut dire qu'en 1963, seulement 60% des logements japonais étaient dotés d'une salle de bain. Autant dire que le lieu avait une fonction très pratique.

On trouve plus tant que ça de sento à vrai dire. En effet, ils ont perdu de leur utilité avec la démocratisation des salles de bain vers les années 80 et sont fréquentés principalement par des personnes âgées. Mais pour prendre un petit bain si votre Airbnb ne fournit pas ça, rien de mieux. En effet, à 3-4€ l'entrée, vous y venez avec votre serviette, vous vous lavez et vous venez savourer les différents bains disponibles. J'aime personnellement faire des transitions rapides entre les classiques bains chauds (40°) et les bains froids (20°).

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise 201702222025_4

L'aspect plus sexy du bain cela dit, c'est bien le onsen, cette source chaude naturelle à l'eau volcanique riche en sels minéraux. Est-ce que ça fait du bien ? Oh que oui. Tous ceux que j'ai visité seront détaillés dans les articles sur leur localisation. Je n'ai pas encore passé de séjour dans une ville réputée pour ça mais je pense essayer Hakone cet été.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Nihon-no-ashitaba-1024x683

Et pour casser les mythes, oui c'est à poil et malheureusement, c'est rarement mixte messieurs. J'avoue avoir été dérangé 3-4 minutes à l'idée de me retrouver entouré d'inconnus le service 3 pièces à l'air… Mais bon à un moment… Bah une fois que t'en as vu une, tu les as un peu toutes vues quoi. Bref, la nudité, on s'y fait bien je trouve.

Petit warning, les sentos/onsens n'aiment pas les tatouages. En effet, cette pratique est associée dans la culture japonaise aux yakuzas, la mafia locale. C'est stupide mais malheureusement, de nombreux établissements interdisent l'accès à leurs bains aux personnes tatouées. Il semblerait qu'avec les JOs à venir cette règle ancestrale puisse évoluer (bah oui ça va en faire de la clientèle potentiellement tatouée) mais à l'aube de 2019, il est toujours difficile de trouver des établissements tolérant les tatoués.

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise No-tattoo
Et ça c'est un peu nul...

Et autres joies quotidiennes

Il est courant de voir des tonnes de distributeurs au Japon. En même temps, c'est simple, il y a une machine pour 23 habitants. Ajoutez maintenant que la population japonaise est deux fois supérieure à la nôtre. C'est comme les konbinis en pire : il y en a absolument partout. Et évidemment c'est pas la machine pourrie française qui marche une fois sur deux (j'aurais ta peau distributeur de la gare de Dijon). La plupart des machines offrent un choix de boissons variées allant de l'eau au Coca en passant par les jus de fruits/légumes ou le thé. Et elles peuvent fournir certaines boissons chaudes direct en canettes. Il est même parfois possible de régler avec votre carte Suica/Pasmo (pratique quand vous avez la flemme de chercher la monnaie et que vous l'avez à la main dans la station de métro).

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Vend_1896189b
C'est même pas de la parodie, parfois y'en a vraiment autant que ça

Après avoir bu, la vessie peut se sentir oppressée. Et oui, je vais parler des fameuses toilettes japonaises. Avec une seule société régnant sur le marché, Toto (promis c'est pas une blague), les toilettes sont là-bas un bijou technologique avec moult options. Les plus classiques proposent un jet pour se laver la raie (attention btw le papier toilette jap est fin par rapport au nôtre), avec même un jet frontal pour ces mesdames, avec évidemment tous les contrôles élémentaires de puissance et position s'il vous plaît. Et si vos bruits vous font un peu honte, certains lancent même sur commande une petite musique pour dissimuler ces sonorités gênantes. Mon favori reste la cuvette chauffante. Avec un livre entre les mains, ça devient dur d'avoir envie de bouger. La plupart ont aussi un robinet inclus dans le bloc. Le principe est assez génial : l'eau avec laquelle vous vous lavez les mains va remplir le bloc et être utilisée la prochaine fois que vous tirez la chasse. Perso, je trouve ça tellement simple et génial en même temps niveau écologie. Moins élégant, il faut aussi savoir qu'on peut trouver des toilettes à la turque au Japon (c'était la norme avant que Toto ne prenne le marché).

Un Wycadémiste au Japon: Joies de la vie quotidienne japonaise Japanese-toilet-1
Terre ici Huston, nous décollons pshit pchouuuu... Oui j'ai 24 ans pourquoi?

Bon j'ai parlé des toilettes, parlons des capotes. Les capotes à parapluie. Quoi vous imaginiez quoi ? C'est une erreur que j'ai fait quelque fois à mon arrivée mais quand la météo est mauvaise, les magasins mettent en place des petites bornes avec un trou vertical. Vous arrivez avec votre parapluie du konbini trempé ? Eh bien plutôt que de mettre de l'eau partout et de rendre le sol glissant, mettez un coup d'estoc dans le trou. Pof, votre parapluie est enveloppé d'une capote plastique qui retiendra l'eau pendant vos courses et dont vous pourrez vous débarrasser à la sortie (par contre ouais en général le Japon et l'écologie c'est pas une si grande histoire d'amour). Il existe aussi une alternative un peu plus gênante : simplement des grilles verticales où vous mettez votre parapluie à l'entrée de l'établissement. Pourquoi gênant ? Bon courage pour retrouver quel parapluie est le vôtre parmi l'armée de parapluies plastiques transparents issus du konbini local.


Le petit mot de la fin

Voilà pour ce premier article dédié à des petites révolutions du quotidien au Japon. Plus culturel que sur mes highlights à vrai dire mais j'espère qu'il vous aura intéressé. Sur ce, à la semaine prochaine pour un article sur la Mecque des otakus, Akihabara!
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Hunter France Forum : Professeur Felyne :: Le hall de la Guilde :: Le Coin du Wycadémiste :: Un Wycadémiste au Japon-
Sauter vers: