Forum d'astuces, de soluces et de tutoriels sur la série Monster Hunter
 
AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

[Carnets du Nouveau Monde] Faune de la Forêt Ancienne

 :: Le hall de la Guilde :: Le Coin du Wycadémiste :: Carnets de la Wycadémie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Masuku
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Chasseur : Masuku
Age : 24
Date d'inscription : 10/06/2015
Messages : 324
Sam 9 Mar - 9:58
Voilà déjà un an que notre navire a accosté (plus ou moins bien) sur les terres du Nouveau Monde. Curieux que je suis, je n'ai pu que me passionner pour les créatures de ce continent unique. Aussi aujourd'hui, je vous partage les résultats de mes recherches, en collaboration avec les scientifiques de la Commission. Dans ce premier article, je me pencherais sur les créatures de la Forêt Ancienne.

Grand Jagras



Le Grand Jagras a évolué pour un mode de prédation consistant à engloutir ses proies toutes entières. La peau de son ventre peut du coup se dilater de façon certes mais le plus impressionnant reste son acide gastrique ultra puissant qui lui permet de digérer les proies en quelques minutes. Cet acide est si puissant qu'il attaque la paroi de son estomac, l'obligeant à chercher régulièrement de nouvelles proies à avaler.

Son abdomen reste cela dit un organe prodigieux, capable de se distendre au point d'avaler des Aptonoths entiers. Une fois pleinement rempli, le Grand Jagras se montre plutôt passif. Toutefois s'il est dérangé, il n'hésitera pas à exploiter son énorme ventre comme arme. L'intérêt premier est évidemment visuel, grossissant sa taille pour paraître impressionnant. Il n'hésite alors pas non plus à tenter d'écraser ses adversaires malgré le manque d'agilité qui s'en suit. Ce ventre est cependant une arme à double tranchant. En effet, s'il est trop secoué, le Grand Jagras pourra parfois vomir son repas, un spectacle peu ragoutant.

Il n'est pas rare de le voir également vomir de lui-même ses repas. Cela lui permet de se décharger de son dangereux acide gastrique et apparemment de tirer plus de nutriments plus rapidement de ses proies. Ces vomissures sont souvent ensuite récupérées par sa meute de Jagras qui festoiera dessus.


Du museau à la queue, le Grand Jagras arbore une crête caractéristique. Celle-ci s'allonge avec le temps, indiquant donc l'âge du Jagras et marquant son statut de dominant. Des études ont aussi révélé qu'il s'agissait d'une façon de se mettre en valeur auprès des femelles, les Grands Jagras dotés des plus grandes crêtes ayant plus de chances de se reproduire. Pendant la période reproductrice, les mâles peuvent se reproduire avec pas moins de 10 à 20 femelles. Chacune pondra environ 3-4 œufs qu'elle enfouira dans de l'humus chaud, le tout en espérant qu'aucun prédateur naturel ne vienne chaparder leur progéniture (oui c'est toi qu'on regarde Kulu Ya Ku).

Les nouveaux Jagras rejoignent une meute mixte. Et parfois, un mâle se démarque du lot et se développe un peu plus. Il s'exile alors du troupeau et finit par évoluer jusqu'au statut de Grand Jagras. Après quoi il revient sur ses anciennes terres pour challenger le mâle dominant actuel et tenter de récupérer sa troupe. Le succès ensuite, c'est une autre histoire…

La relation entre les Jagras et le Grand Jagras est assez spéciale. Ceux-ci ne l'assistent pas nécessairement toujours en combat. Ils sont souvent assez intelligents pour reconnaître quand il est suicidaire de se mêler au combat et laissent donc leur meneur faire face seul à une menace trop dangereuse pour eux. Toutefois, si ce dernier est aux portes de la mort, ils accourent à son secours. La principale raison de ce comportement est avant tout la protection alimentaire. En effet, si les Jagras savent se contenter de lièvres aux repas, les vomissures du Grand Jagras sont une nourriture bien plus nutritive et faciles à se procurer. Ce n'est toutefois pas sans risque, le chef de meute dévorant parfois même ses propres congénères. En cas de doute, les Jagras, plus agiles, se réfugient dans les arbres.


Pukei Pukei


Le Pukei Pukei est un fin connaisseur de son environnement. Il place ses nids dans des zones où nourriture, plantes et noix sont proches et abondantes, passant le gros de ses journées à patrouiller son territoire. Sa conscience territoriale est particulièrement poussée, lui permettant de repérer rapidement un intrus. Toutefois, il prend d'abord soin de juger la force de l'adversaire. Si celui-ci est faible, il attaque aussitôt en crachant son venin. Cependant si la menace est trop grande, il rugira avant de s'enfuir. S'il est agressé, il décampe aussi sec. C'est une forme d'intelligence tout à fait remarquable, la capacité à jauger la force d'un adversaire, peu présente chez les autres wyvernes.

Vivant dans des environnements forestiers, les plumes du Pukei Pukei sont vertes, à des fins protectrices. Cependant, en fonction de l'évolution de sa situation, le Pukei est capable de changer sa livrée. Ses plumes sont couvertes de fines particules cristallines. En modifiant l'angle et la forme de l'aile, la lumière vient se refléter différemment sur ces dernières. Il vire au rouge et dresse ses plumes pour paraître plus grand quand il agresse mais prend des teintes plus jaunâtres et plaque ses plumes quand il se sent en danger, de façon à tenter de se camoufler dans les reflets de lumière alors qu'il vole. La couleur de sa queue, fixe, cherche à répliquer les branchages et les feuilles.

Les yeux du Pukei sont incroyablement sensibles, capables de voir même dans l'obscurité. Les études des scientifiques ont montré que les cellules de ses yeux sont bien plus nombreuses que chez d'autres monstres et sont capables de distinguer beaucoup plus de couleurs avec des cônes bleus, rouges, jaunes mais aussi verts et violets. Il peut également contrôler la quantité de lumière rentrant en contrôlant l'ouverture de sa pupille. Ces yeux surpuissants lui servent à vite identifier les menaces.

Les pattes du Pukei Pukei sont très particulières, pouvant aisément saisir des objets. Les scientifiques pensent qu'autrefois, le Pukei utilisait ses pattes pour vivre dans les arbres en se posant sur les branches plutôt qu'à terre de nos jours. Ce changement de mode de vie serait vraisemblablement lié à l'apparition de grands prédateurs dans les arbres, suggérant que le Rathalos ait migré vers le Nouveau Monde.


Le Pukei se nourrissant de plantes variées, il emmagasine ses repas dans la poche de son cou. S'il doit se battre, il mélange le contenu de sa poche de poison avec ses repas. De façon assez impressionnante, les effets du venin varient avec la composition du repas. Des sporenlits produisent des nuages gazeux tandis que des frag-noix provoquent des explosions de poison localisées. Les plantes digérées sont transmises jusqu'à la queue où elles sont chargées en poison, créant un gaz particulièrement toxique, dernière ligne de défense du Pukei. Il démontre une fois de plus sa parfaite maîtrise de son environnement, mêlant attaque et défense à ses repas.

Comme sa queue, la langue du Pukei est particulièrement puissante et élastique. Dans la langue se trouve un os spécial dit hyoïde capable de s'étirer, actionnant les muscles et les os proches. Des études ont montré que sa langue peut atteindre ainsi 4 mètres de long ! Elle est particulièrement résistante et lui sert à attaquer mais aussi à ramasser des objets comme ses repas.

Étonnamment, le Pukei se reproduit en laissant ses œufs… Chez les Mernos! Il délaye sa ponte pour attendre celle des Mernos puis dépose ses œufs dans le nid. Les Pukei naissent avant les Mernos et se débarrassent alors des œufs de leurs parents adoptifs. Nourri pendant un temps au crochet des Mernos, il finit par grandir et s'enfuit du nid pour aller se nourrir des plantes dont il raffole.

Le Pukei entretient une relation très particulière avec la végétation de la Forêt Ancienne. De par leurs coques dures et épaisses, de nombreuses graines de la Forêt ne germent que très peu. Cependant, en mangeant ces noix, le Pukei laisse tomber des morceaux de la graine qui ont alors beaucoup plus de chances de pousser. Comme un insecte pollinisateur, la wyverne disperse également les graines pendant ses déplacements ou dans ses selles, permettant de propager les graines ailleurs qu'au pied de leurs arbres. Ça explique également le petit jardin près du nid du Pukei Pukei.


Tobi Kadachi


Habile et rapide, le Tobi Kadachi passe le gros de ses journées à explorer un vaste territoire à travers de grands réseaux de branchages. Il est particulièrement vif, étant le monstre le plus rapide de la Forêt Ancienne. Au cours de ses mouvements, il frotte son corps et ses poils contre les arbres, générant d'énormes quantités d'électricité statique qu'il emmagasine tranquillement.

Si la situation dégénère, il déploie cette électricité en hérissant ses poils. Alors bien plus meurtrier, il peut frapper ses adversaires avec des décharges électriques redoutables. Il est même soupçonné que cette électrification améliorerait aussi les signaux envoyés par son cerveau à ses muscles, améliorant sa coordination et son agilité. De par sa grande vitesse, on n'a pas beaucoup d'informations sur ses méthodes de chasse mais on pense qu'il exploite également ces décharges pour paralyser ses proies. Il est possible que ses méthodes de déplacement soient économes en énergie et ne lui permettent de ne s'alimenter qu'occasionnellement, d'où la difficulté des recherches.

Dans sa gestion de l'électricité, il est important de noter un organe spécial situé sur son crâne dissimulé dans ses poils. Cet organe répartit l'électricité dans ses poils, leur donnant cette teinte argentée une fois chargé. Il utilise parfois cette électrode pour tenter de frapper directement un adversaire, l'électrifiant et lui faisant perdre sa coordination motrice voir provoquant un arrêt cardiaque.

Sa queue lui sert à produire et à stocker l'électricité avec sa taille impressionnante. Elle frotte sur de nombreuses surfaces quand il se déplace. Les fines écailles similaires à des plumes au bout de sa queue lui permettent de mieux contrôler sa mobilité et donc de la frotter un peu partout pour amplifier sa production.


Les pattes à trois doigts du Tobi Kadachi sont hautement spécialisées pour s'agripper aux troncs. Ses pattes arrière ont un rôle antidérapant et ses griffes en forme de crochets lui permettent de bien se suspendre. Celles-ci poussent constamment, le poussant régulièrement les user en griffant des surfaces. Il en profite alors pour marquer son territoire. Ces marques sont dures à voir de par la hauteur à laquelle il les place.

S'il sait bien grimper aux arbres, il est aussi doté d'une fine membrane entre les membres avant et arrière, lui permettant de planer silencieusement pour surprendre ses proies par des mouvements imprévisibles. Il a été observé qu'il avait d'ailleurs plutôt tendance à se placer derrière ses victimes avant de frapper et placer des morsures redoutables.

Sa mâchoire inférieure possède deux saillies lui permettant de cramponner ses proies pour les amener aux dents à l'intérieur de sa bouche. Ces mini crocs lui permettent d'empêcher la proie de se défaire de sa gueule. Les membranes sur les côtés de celles-ci sont hautement flexibles et élastiques, lui permettant de se déboîter la mâchoire pour attraper des proies bien plus grosses.

Au final, la vie du Tobi Kadachi est très mystérieuse malgré les spécimens chassés et capturés. Ne restent que des hypothèses. En situation de combat, il exploite ses crocs et sa queue, économisant ses griffes pourtant redoutables. On pense qu'il agit pour ne pas les abimer et préserver sa mobilité dans la canopée. Solitaire, on ne sait rien sur ses comportements reproductifs. De par toutefois l'importance de sa queue dans sa production électrique, on pense que la taille de la queue suggère un individu puissant et donc serait un avantage reproductif.


Anjanath


L'Anjanath est une wyverne brute des plus étranges, caractéristique du Nouveau Monde. Il présente de fines plumes sur son dos et bien moins de carapaces que ses congénères comme le Barroth ou l'Uragaan. A la place, il possède un fin cuir rosé par la transparence de ce dernier. En effet, il est possible de voir le fin réseau sanguin présent sous ce dernier. Il est du coup fortement sensible à la température de son environnement, d'où la présence des plumes qui l'aident à retenir sa chaleur et à rester performant. On soupçonne que les petits Anjanaths sont couverts de plumes pour les aider à conserver leur température corporelle mais on n'a pas encore vu de spécimens pour confirmer la théorie.

Cachée parmi ses plumes, une grande membrane peut être dressée pour réguler sa température quand celle-ci évolue trop brutalement, tirée par un grand cartilage incurvé débutant au-dessus de l'os de la hanche. Il est ainsi possible de le voir déployer cette voile quand il se refroidit pour se réchauffer au soleil via un fin réseau de capillaires parcourant celle-ci. A l'inverse, s'il s'agite beaucoup trop et que sa température s'élève trop, il s'en sert pour diffuser cette dernière.

Si ses mâchoires sont redoutables, il exploite également sa puissante queue musclée. Dotée de plumes spéciales, il les dresse parfois pour créer une petite pression de vent pour déstabiliser ses adversaires. Ses plumes solides lui servent également à amplifier ses coups ou à simplement repousser des parasites gênants.


Il est possible de parfois voir l'Anjanath renifler l'air. Particulièrement sensible, cet organe spécial lui permet de déterminer avec précision l'orientation, la position et même la distance de la source de l'odeur. Il présente un capuchon nasal qui maintient son nez isolé pour le préserver. Ainsi, quand le capuchon se relève, le nez est déployé, frais et prêt à percevoir les moindres nuances. Se cacher et fuir ne sert à rien contre lui. Il produit également un mucus inflammable utilisé à la fois pour marquer son territoire et attaquer. Oui, quand il diffuse du feu par le nez, il se mouche sur vous. On pense que l'organe producteur de mucus est présent dans son nez.

L'Anjanath enragé accumule de la chaleur dans sa gorge via un produit et des organes spéciaux. Il se sert des flammes accumulées alors pour les vaporiser via son nez avec son mucus spécial ou embraser ses morsures. Passé un certain point d'accumulation de chaleur, l'Anjanath libère une puissante flamme, montrant une certaine maîtrise de cet élément.

Solitaire, ses relations sont bien définies dans l'environnement. S'il défoncera un Grand Jagras ou un Tobi Kadachi à grands coups de mâchoires, il se fera remettre à sa place par le maître des bois, le Rathalos. Il aime manger des Aptonoths mais ne les cuit pas, préférant la viande d'herbivore crue et bien molle.

C'est un monstre avec ses habitudes. Il est possible de le suivre tranquillement, cherchant des proies dans les zones 1 à 4 et suivre une grande boucle où il marque répétitivement son territoire avec son mucus. Il prend parfois le temps de boire et si vous êtes assez patient, vous l'admirez peut-être même prendre un bain de soleil en fin de journée pour récupérer de la chaleur avant la nuit.


Rathalos


Le Rathalos possède un organe unique dans son corps appelé poche de flamme, lui donnant son surnom de dragon de feu. Cet organe produit une poussière inflammable lui permettant de cracher du feu. Avec ses excellentes capacités de vol, le Rathalos vise ses proies avec des tirs précis et cherche même parfois à la piéger dans les flammes.

On pense que les Rathalos du Nouveau Monde proviennent de l'Ancien Monde originellement. Ils ont évolué différemment à cause de leur nouvel environnement, développant un os supplémentaire dans l'ossature de l'aile. Cet os supplémentaire permet de plier l'aile plus précisément afin de circuler aisément dans un environnement encombré (un peu comme par un arbre géant à la structure complexe). Les muscles des cuisses sont également plus épais pour prendre appui sur les troncs par rapport aux spécimens de l'Ancien Monde qui circulaient eux dans des cieux dégagés.

La structure au niveau des épaules est particulièrement musclée pour faciliter le vol, faisant du Rathalos le roi des cieux. Entre les plaques de carapace de son dos se trouvent des petites écailles lui accordent une souplesse de mouvement surprenante. Les muscles de son dos peuvent ainsi se contracter au rythme de ses battements d'ailes, lui offrant une précision de mouvement remarquable même dans des espaces restreints.


Les pattes du Rathalos du Nouveau Monde sont particulièrement habiles. Ses griffes en crochet lui permettent de se cramponner fermement, lui permettant même de porter des créatures aussi grandes que l'Anjanath. Le premier orteil est orienté vers l'arrière pour attraper un objet alors qu'il vole. Cette griffe avantageuse dans les airs s'avère être un véritable problème quand il s'agit de courir, lui faisant perdre l'équilibre. Comme les spécimens de l'Ancien Monde, il produit du venin dans ces mêmes griffes et s'en sert pour se défendre et chasser.

Polygame, le Rathalos a la vie tranquille puisque ce sont les femelles qui se battent pour le mâle de leur choix. Quand la période de nidification arrive, le Rathalos utilise les pointes sur le bas de sa tête pour creuser son nid. Dès qu'il repère un affrontement de Rathians, il se rue et attaque tout intrus dans le duel. La gagnante aura le privilège de bénéficier de sa protection dans la Forêt mais la perdante ira dans le Désert. Il se reproduira avec les deux de toute manière. Une fois les œufs éclos, la Rathian va chasser la nourriture pour les petits tandis que le Rathalos surveille le nid depuis les cieux.

Le Rathalos s'est érigé en Seigneur de la Forêt, chassant apparemment le Pukei des cimes vers les profondeurs de la forêt. Il a ainsi placé son nid au sommet de l'arbre et est particulièrement territorial, attaquant tout intrus qu'il croise sur ses terres sans préavis.

Il est souvent observé dans son nid en zone 16 et descend dans le tronc en zones 14 et 15. Plutôt gourmand, on le voit chasser en général trois à quatre fois par jour, attaquant les Aptonoths en zone 8 et parfois occasionnellement en zone 1. On pense qu'il choisit sa zone de chasse en fonction de la météo et des habitudes du troupeau, dénotant une certaine anticipation des comportements de ses proies. On le verra aussi parfois affûter ses griffes sur le terrain. Etrangement, un spécimen a été aperçu voler dans le lointain vers la mer et n'est jamais revenu.

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Hunter France Forum : Professeur Felyne :: Le hall de la Guilde :: Le Coin du Wycadémiste :: Carnets de la Wycadémie-
Sauter vers: